PMA

Test ERA ou bilan de réceptivité endométriale

Plusieurs facteurs peuvent être à l'origine d'un échec d'implantation de l'embryon : au niveau utérin, hormonal, immunologique, génétique, hématologique... Des facteurs d'origine paternelle ou l'âge avancé de la mère peuvent également influencer le résultat du processus.

Home>

Le test ERA ou bilan de réceptivité endométriale réduit le risque d’échec d’implantation de l’embryon.

Chez Ginefiv, le transfert embryonnaire est effectué au cas par cas de 3 à 5 jours après la ponction ovocytaire. Lorsqu’il s’effectue à partir d’embryons vitrifiés, il s’inscrit dans un cycle naturel ou régulé par la prise de médicaments adjuvants, qui préparent au mieux l’utérus pour cette phase délicate.

En cas d’échec d’implantation de l’embryon, nous proposons aux deux membres du couple de se soumettre à un protocole de dépistage consistant en une batterie de tests destinés à détecter d’éventuelles anomalies pouvant être à l’origine du problème.

GINEFIV-(30)-1
Rectangle 84 (1)

30 ans d'expérience >

Rectangle 86 (1)

Sécurité garantie >

Rectangle 82 (1)

Assistance personnalisé >

Rectangle 85 (1)

A la pointe de la technologie >

Rectangle 83 (1)

Taux de réussite élevé >

Rectangle 87 (1)

Tarifs économiques >

Laboratoire de réceptivité endométriale

Test ERA

Le test ERA sert à déterminer si l’endomètre est réceptif ou non à un moment donné du cycle, en analysant un fragment de tissu endométrial.

Le prélèvement de ce tissu se fait au moyen d’une simple biopsie réalisée en ambulatoire, dans le cadre d’un cycle naturel ou avec une préparation hormonale, en vue de choisir la meilleure date possible pour le transfert de l’embryon.

En analysant un certain nombre de gènes liés à la réceptivité de l’endomètre, ce test détermine si l’endomètre est réceptif ou non au moment de la biopsie.

Il est alors possible de constater un éventuel déplacement de la fenêtre d’implantation (associé à 20 – 25 % des cas d’échec de l’implantation) et de procéder à un transfert embryonnaire personnalisé en fonction des résultats obtenus.

Rêves accomplis

“si nous pouvions mettre plus d'étoiles, on ne saurait mieux exprimé nos remerciement à Ginefiv, personnel accueillant , aimable et disponible! nous recommandons cette clinique volontiers Milles étoiles ne suffisent pas! merci GINEFIV”
angel Lukusa
“Nous sommes les heureuses maman de deux enfants via fiv. Seul point à améliorer selon moi la transmission des ordonnances suite aux echographies” 
 
 
 
Lucie Raoul
"Une magnifique aventure rendue possible grâce à l’accompagnement personnalisé et le professionnalisme de la clinique Ginefiv.”
 
 
 
Hdkzb Vfjfjdk
"Merci Ginefiv! Grâce à vous et à mon gynéco Dr Douard je suis maman d une petite depuis un an après . Ne vous découragez pas et gardez espoir les filles tout est possible en gardant le moral et en restant positif ."
papouha ferhat
Director, Client Services
"Personnel très à l'écoute et attentif mon beaucoup soutenu jusqu'au bout de mon parcours et maintenant j'ai un beau petit garçon alors je les remercie"
 
Sherline Michel
Director, Client Services

Examens bactériologiques en cas d'échec de l'implantation

En général, les patientes chez qui l’implantation a échoué sont invitées à réaliser un test de dépistage appelé hystéroscopie, consistant à examiner l’intérieur de la cavité utérine.

Outre l’observation de l’utérus sur le plan anatomique, ce test comprend un examen microbiologique réalisé à l’aide d’une biopsie et d’une mise en culture classique. Il nous permet de détecter ainsi une éventuelle inflammation chronique de l’endomètre, auquel cas le revêtement endométrial de l’utérus n’est pas vraiment propice à l’implantation de l’embryon.

L’endométrite chronique toucherait jusqu’à 30 % des patientes infertiles. En cas d’échecs répétés d’implantation, cette proportion serait de 66 %, selon certaines études.

Depuis quelques mois, un nouveau test microbiologique est disponible sur le marché. Baptisé ALICE, il permet d’analyser le tissu endométrial au niveau microbiologique en utilisant un séquençage de deuxième génération (NGS) pour détecter des bactéries pathogènes. C’est l’un des examens microbiologiques les plus efficaces qui soient pour déceler les germes qui peuvent être à l’origine d’une endométrite chronique. La patiente a alors la possibilité de se soumettre à un traitement à base d’antibiotiques pour améliorer son environnement endométrial.

L'importance des « bonnes » bactéries

La cavité utérine n’est pas une cavité stérile. Un endomètre sain doit compter une certaine quantité de bactéries saines, que l’on désigne sous le nom de flore endométriale (ou microbiote endométrial).

À cet égard, il faut savoir qu’un nouveau test vient d’être lancé pour analyser ce microbiote endométrial, appelé EMMA.

D’après les dernières études réalisées, un faible niveau de bactéries saines dans l’endomètre est associé à un environnement endométrial moins propice à l’implantation.
En nous appuyant sur ce test, nous pouvons donc savoir si la flore endométriale de la patiente est adéquate et lui fournir des recommandations en conséquence pour équilibrer celle-ci en vue d’optimiser les chances d’implantation.

Chez Ginefiv, une seule biopsie suffit pour réaliser ces trois tests de réceptivité endométriale en même temps. Nous minimisons de la sorte les désagréments pour la patiente, tout en étudiant de plus près les facteurs qui peuvent être à l’origine d’un échec d’implantation de l’embryon.

Votre première visite

Vous avez la possibilité de réaliser votre premère consultation sur place à la clinique ou par vidéoconférence. Choisissez l’option qui vous convient le mieux.

Contactez-nous

Nouvelles techniques